Pourquoi, à 19 ans seulement, je suis parti vivre un an au pays des kangourous?

Après avoir lu ma mini-biographie dans la section À propos, certains d’entre vous ont dû se demander comment m’était venue l’idée de partir seul en Australie pendant 1 an alors que je n’avais pas encore 20 ans.

 

L’origine de mon départ

 

Tout d’abord, il faut savoir que je suis parti dans le cadre de mon cursus scolaire. En effet, la formation en école de commerce que j’ai suivi dans le nord de la France après l’obtention de mon bac Scientifique comportait une section internationale incluant la réalisation d’un stage linguistique dans un pays étranger. L’objectif principal étant de travailler 2 mois minimum en dehors de la France et d’améliorer son anglais.

Ne sachant pas vraiment où me rendre pour réaliser ce stage, j’ai fait quelques recherches sur des pays pour lesquels j’avais de l’attirance comme les États-Unis, la Chine ou encore Malte mais sans succès. N’ayant pas trouvé de jobs intéressants avant de partir, j’ai donc décidé, sur un coup de tête, de réserver un billet d’avion pour l’autre bout du monde : l’Australie !

 

Pourquoi l’Australie?

 

Ligne droite en Australie

 

Fou ? Non, car cette destination n’était pas totalement dû au fruit du hasard. J’avais pris cette décision suite aux conseils d’anciens étudiants qui m’avaient dit qu’il était assez facile de trouver un emploi là-bas une fois sur place. Je m’étais donc dit qu’étant donné que je partais dans le but de travailler, autant le faire dans un endroit magique et ainsi lié l’utile à l’agréable :)

Qui n’a jamais rêvé d’aller en Australie?

Initialement parti pour 3 mois (de Juillet à Octobre 2008), je suis finalement resté jusque Juin 2009 grâce à une opportunité qui s’est offerte à moi quelques jours avant la date de mon billet retour…

 

Une offre qui ne se refuse pas…

 

Je suis initialement arrivé à Sydney, où, après 3 semaines de recherches d’emploi intensives en distribuant des CV dans les restaurants, les bars, les hôtels ou encore les auberges de jeunesse de la ville et après avoir souscrit à plusieurs offres sur Internet, j’ai (enfin !) reçu un appel me proposant d’effectuer un jour d’essai pour une société effectuant de la vente au porte à porte. S’agissant de ma première réponse, j’ai tout de suite accepté sans me poser de question.

Cependant, pour l’anecdote, lorsque j’ai reçu ce coup de fil, je n’étais plus à Sydney car j’avais décidé 3 jours auparavant de tenter ma chance dans le nord du pays (à Cairns) avec 2 amies. Pour info, Cairns – Sydney = 2 500 km, soit 2 fois et demi la distance entre Lille et Marseille…

Mon voyage dans le nord fut donc de courte durée car j’ai dû plier bagage quelques jours après mon arrivée et prendre un billet d’avion direction la case départ du jour au lendemain. Mon porte feuille avait eu très mal ce jour là (500 AUD soit l’équivalent de 300 euros) pour un billet de dernières minutes pour un vol le jour même mais n’ayant eu aucune autre réponse pour un job, je ne pouvais pas faire autrement car > Pas d’emploi donc pas de stage > Pas de stage donc pas de validation pour mon passage en année supérieure > Pas de passage en année supérieure donc pas de diplôme ET Pas de diplôme… pas de diplôme… :/

Bonne nouvelle au final car je suis arrivé à temps pour mon jour d’essai qui s’est très bien déroulé car conclu par une embauche ! :)

 

Maintenant que vous savez comment je suis devenu vendeur en porte-à-porte en Australie, je vais donc pouvoir vous dévoiler cette fameuse opportunité qui s’est offerte à moi et qui m’a permis de prolonger mon séjour chez les kangourous.

Étant plutôt efficace et enchainant les ventes (comme quoi ça sert les cours en école de commerce ^^), mes managers, après quelques semaines au sein de la société, m’ont proposés de passer à mon tour manager et m’ont demandé si cela m’intéresserait d’être à la tête de ma propre équipe de vendeurs.

L’offre était très alléchante mais j’avais déjà mon billet d’avion retour et je devais rentrer en France pour finir mes études et obtenir mon diplôme. J’ai donc contacté la directrice de mon école par e-mail pour lui faire part de ma situation et à peine une journée plus tard, j’ai reçu une réponse me disant qu’elle était très contente pour moi et que, même si ce n’est pas prévu dans mon cursus scolaire, qu’elle allait me fournir tous les papiers nécessaires pour me permettre d’effectuer une année de césure à l’étranger et de reprendre mon cursus à mon retour.

Suite à cela, j’ai donc partagé la nouvelle à ma famille et à mes proches. La plupart n’était pas surpris de ce que je venais de leur annoncer car, me connaissant, ils n’étaient plus surpris par grand chose… :/

Deux semaines plus tard, j’étais donc devenu manager en Australie et le suis resté pendant quasiment 1 an (durée de mon Working Holiday Visa = Visa Travail Vacances).

Avant mon retour en France, j’ai même eu l’occasion de faire une petite escale de quelques jours à Tokyo, au Japon.

Je tâcherai de vous en parler lors d’un prochain article ! ;)

 

Et vous ! Que pensez-vous de mon aventure au pays du surf et des kangourous?

Commentaires

comments

Mots-Clés: , , ,

Travailleur Nomade, SBF (Sans Bureau Fixe) ou encore Nomade Digital, voici les différentes expressions qui caractérisent le mode de vie original de Jérémy. Il travaille depuis son ordinateur, ce qui lui permet de voyager aux 4 coins du monde comme bon lui semble... Et il ne s'en prive pas !

0 Commentaires Laissez le votre

6 Trackbacks

Laisser une Réponse





CommentLuv badge